Derniers commentaires

Aucun commentaire.

Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
11 Nov 2013 - 02:21:13

témoignage

Bonsoir.
Je suis médecin généraliste et dépressive.
J'ai fait plusieurs dépressions sevères depuis mes 15 ans, et j'ai testé différents traitements.
J'ai d'abord testé pour vous l'absence de traitement: quand j'étais adolescente, personne ne s'en est aperçu ( merci mes parents), et je n'ai rien pris... Mon diagnostic est retrospectif. Ça a duré une année, et a retenti sur toute ma scolarité future, par les lacunes que cela a engendré. Un joli petit calvaire.
Puis j'ai pris de l'anafranil: efficace, je confirme la sécheresse de bouche et les tremblements. Pas de sd de sevrage à l'arrêt. Puis qq années plus tard, du prothiaden ( tricyclique). Moins d'effets secondaires. Effficace et pas... De sd de sevrage...
Puis du survector. Inefficace. Pas d'effet secondaire.
Depuis 10 ans maintenant, je prends des Irs. Citalopram en l'occurence. Efficace. Effet secondaire: constipation.
MAIS IMPOSSIBILITE D'ARRETER! À chaque tentative, même hyper progressive, par gouttes: apparition de symptomes hyper dérangeants, quasi insupportables!!! Non reconnus par les autres médecins, même étant dans la profession.
Je vais essayer de vous les décrire, ce n'est pas facile. Ça se passe par flashes, par élancements très fugaces mais très intenses. C'est dans la tête, souvent si je change mon regard, ou que je tourne la tête, ou qu'il y a un bruit subit, ou une lumière vive.
On dirait comme un bruit de rafale de vent, d'un quart de seconde, croissant, ou une vibration, accompagné d'une crispation de tout le corps, et surtout du visage, des yeux, du cou.
La première fois, ça surprend. Ensuite, on est de plus en plus dans une attente anxieuse de la prochaine salve. On devient crispé d'avance.
C'est hyper pénible.
La première fois où j'ai voulu me sevrer du citalopram, j'ai été surprise, mais j'ai perséveré, pensant que ça allait s'atténuer. J'ai tenu 2 mois, et j'ai craqué, j'ai repris le traitement. Impossible de le supporter plus longtemps. Ça n'avait pas du tout diminué!
Puis, j'ai fait une récidive dépressive sous citalopram. J'ai du augmenter le dosage. Ensuite, impossible de rebaisser au dosage d'avant!
J'ai voulu tester le escitalopram (séroplex) pour le cas où il y aurait moins ce pb. En fait, bien qu'ayant pris des doses assez fortes (20mg) j'avais ces symptomes de sevrage en fin de journée, en attendant la prise suivante! Je suis donc revenue au citalopram (40mg) avec enfin un peu de repos.
Puis j'ai refait une récidive dépressive sous 40 mg. Ne pouvant plus monter, je suis allée voir un psychiatre pour me faire aider. Jusque là, je m'étais soignée moi-même. J'ai 51 ans.
Le psychiatre (qui a zappé quand je lui ai parlé de mes sp de sevrage) m'a donné de la mirtazapine (tinset), à prendre tandis que je baissais progressivement le citalopram.
Ça marche, qq sensations flashes, mais pas trop rapprochées, supportables. Là, j'en suis à 1/4 de dose de citalopram (10mg) avec 45 mg de mirtazapine. J'espère arrêter d'ici qq jours le citalopram, sous couverture de la mirtazapine.
Mais arriverai-je plus tard à arrêter ce dernier médicament? Je crains fort que puisque les flashes sont très peu là, c'est que c'est bien le pb de l'inhibition de la recapture de la sérotonine, qui est en cause.
En tous cas, LE SYNDROME DE SEVRAGE AUX ISRS EXISTE BIEN! Je n'ai pas tenu plus de 2 mois avec lui.
Les antidépresseurs me sont indispensables, c'est clair, mais j'aurais préferé ne les prendre que de temps en temps. Aujourd'hui, je ne peux plus arrêter.

Lien permanent vers l'article complet

http://dependanceauxads.sosblog.fr/victimes-des-ads-b1/temoignage-b1-p40.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)